Voltar ao site

Au Brésil, la peur du coronavirus atteint les favelas

Femmes de ménage, caissières, ouvriers journaliers... la main-d’œuvre des quartiers populaires est lourdement impactée par la fermeture des commerces et les restrictions de mouvement.

· Matérias

Rosali Batista de Assis n’en revient pas. « On dirait qu’on est dans un film, c’est du jamais-vu ! », se morfond cette femme de 56 ans, habitante depuis toujours de la favela de Tabajaras, à Rio, surplombant le légendaire quartier de Copacabana. « En bas, tout est fermé, il n’y a plus personne dans la rue à part la police, qui dit aux gens de rentrer chez eux et nous empêche de travailler », poursuit cette vendeuse de sacs à la sauvette, jointe par téléphone, désormais repliée chez elle par peur du coronavirus, avec la boule au ventre… mais sans une goutte d’eau au robinet.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Au Brésil, Jair Bolsonaro s’adonne aux bains de foule malgré le coronavirus

« L’eau est coupée depuis plus d’un mois ! Alors, dites-moi : comment est-ce que je suis censée me laver les mains toutes les heures, me protéger de l’épidémie ? », s’agace Rosali, furieuse. Privée de son maigre salaire (1000 reais par mois, à peine 182 euros), il lui est impossible d’acheter de l’eau ni du gel hydroalcoolique, et encore moins de faire les courses. « Je suis propriétaire de ma maison et la fille qui a un emploi fixe va m’aider. Mais les autres dans la favela, plus isolés, qui doivent payer le loyer et l’électricité, comment vont-ils faire ? On va vers la catastrophe », s’inquiète-t-elle.

« La main-d’œuvre de Rio »

A mesure que le Covid-19 se diffuse, la tension monte dans les mille favelas de Rio et les innombrables bidonvilles du pays, où habitent au total quelque 13 millions de Brésiliens. « Il règne un climat de peur, d’inquiétude. Les habitants ne savent encore pas comment réagir », témoigne Vania Ribeiro, vice-président de l’association des voisins de Tabajaras. « Pour l’instant, même si beaucoup essaient de se confiner, les rues restent pleines de monde. Je dis aux gens : rentrez chez vous, fermez vos boutiques. Mais ils me répondent : “Ok, mais comment je vais manger ? Comment mon fils va manger ?” Les gens ne peuvent tout simplement pas s’arrêter de travailler. C’est désespérant », poursuit-t-elle.

Dans les quartiers populaires, pandémie et crise sociale ne font qu’un. « Les habitants des favelas sont la main-d’œuvre de Rio, et servent de travailleurs informels, femmes de ménage, caissières, ouvriers journaliers, vendeurs de rue… », insiste Mme Ribeiro. Autant de professions informelles lourdement impactées par la fermeture des commerces et les restrictions de mouvement décrétées par les municipalités. Selon une étude de l’ONG Data Favela, qui a interrogé plus de 1 100 personnes dans 262 favelas du Brésil, 79 % des familles auraient déjà commencé à couper dans leur budget à cause de la crise.

  Jornal Le Mond Link da matéria
Todos os Posts
×

Quase pronto…

Acabámos de lhe enviar um email. Por favor, clique no link no email para confirmar sua subscrição!

OK